Mercredi 1 avril 3 01 /04 /Avr 17:55

CumSlut (2): Baisé à l'école

L’histoire commence une fin de semaine d’octobre 1999. J’étais chez mon père, évidemment sûrement en train de me faire baiser par lui ou par son ami Pascal. Entre temps, mes deux autres nouveaux amants, Steve et Karl, sont chez ce dernier pour fêter les 17 ans de Steve, qu’il a eus quelques jours plus tôt. Bien que je n’y étais pas présent, je vais faire de mon mieux pour vous écrire ce qui s’est passé, puisqu’on m’avait raconté le tout par la suite.

Karl revient dans le sous-sol où l’attend Steve. Il lui donne une bière et ouvre la sienne avant de prendre une gorgée.

— Bonne fête mon gars!

— Merci!

— Désolé si j’ai rien d’autres à t’offrir qu’une bière!

— C’est correct! J’suis un gars, j’aime les choses simples… Euh, dis… tes parents reviennent quand déjà?

— Dans deux jours. J’ai la maison à moi seul avec mon frère.

— Justement, il est où Julien?

— Je pense qu’il est sorti avec des amis. Ou bien il est peut-être en train de regarder des films pornos sur son ordi. En tout cas, il nous dérangera pas, il sort pratiquement jamais de sa chambre.

— Ok. T’as encore des films toi aussi que Fred t’a prêté?

— Ouais, je vais les lui redonner dans une semaine. J’en ai commencé un hier soir, tu veux voir?

— Ouais, ce serait cool!

Karl prend sa télécommande et met en marche la vidéo. L’image montre alors une femme blonde, d’environ 25 ans, en train de subir une gorge profonde par un mec d’environ 35 ans, super musclé et macho. L’acteur en question est en fait misogyne et se sert des actrices comme si elles étaient des poupées.

— Fuck! Ça m’excite à fond, s’exclame Steve en se caressant la barre dans son pantalon.

— Ouais, moi aussi! Si tu veux, on peut se branler!

Sans attendre, les deux adolescents baissent leur pantalon et se mettent à se masturber pendant que la femme à l’écran, le visage plein de salive, commence à se faire double pénétrer plutôt violemment. Il y a cinq hommes autour d’elle: un dans son cul, un dans son vagin, un dans sa bouche et deux autres qui se font branler par ses mains. Tous ont des énormes queues qui étirent les trous de l’actrice. Après chaque deux minutes, les hommes font le tour et chacun profite de tout ce qu’elle peut offrir.

Dans un élan de tendresse amicale, les deux jeunes hommes s’échangent leur main et l’un masturbe le pénis de l’autre.

— Je me demande si le p’tit Jim voudrait bien qu’on lui fasse ça, demande tout haut Karl.

— Qu’on lui fasse quoi?

— Qu’on le prenne tous les deux dans le cul. J’ai vu une fille se le faire faire hier dans un film.

— Ouais, ça serait hot!

— On pourrait aussi lui faire des gorges profondes!

— Peut-être toi, mais la mienne est peut-être trop grosse… Enfin je verrai, sinon je prendrai son cul pendant que toi tu le fais.

Pendant ce temps, dans sa chambre, à côté de la pièce où les deux ados regardent la vidéo, se trouve Julien, le jeune frère punk de Karl. Âgé de 14 ans, il est couché sur son lit, avec de la musique dans les écouteurs. Ses cheveux sont en pics, pas lavés depuis trois jours parce qu’il déteste s’arranger les cheveux chaque matin. Son corps, lui, est lavé depuis la veille et il dégage de bonnes odeurs masculines. Il mesure 5'7" et a le corps assez maigre. Son corps, tout blanc parce qu’il ne sort pas assez dehors, est vêtu d’un jeans troué et d’un t-shirt où se trouve des tâches de graisses, ayant aidé son père à réparer son auto deux jours avant. Il porte des boxers et des bas, tout aussi troués. Ses pieds chaussent également ses bottes de cuirs qu’il n’enlève pratiquement jamais, même sur son lit. Ses intérêts: la musique violente, le sexe, la marijuana et la solitude. Sa chambre sent le renfermé et c’est pratiquement toujours le bordel (depuis des mois que ses parents n’osent plus entrer dans sa chambre). Seul le chien (le golden retriever de la famille) est là, couché à terre, à attendre.

Couché là, Julien lève les yeux pour regarder son plafond où un poster de femmes nues est attaché. Son érection vient vite et il se caresse le paquet avant de détacher son pantalon et de sortir son érection uncut, qu’il admire, la tenant tout droit dans les airs sans se branler. Au même moment, le chien saute sur le lit et approche son museau du sexe odorant de l’ados qu’il se met alors à lécher. Sur le coup, Julien fait le saut et cache son sexe dans ses mains mais le chien essaie toujours de le lécher. Quoique surpris et mal à l’aise, son âme pervertie lui rappelle combien la langue de l’animal était douce et agréable sur son pénis. Sans pouvoir s’arrêter, Julien remet son sexe tout droit et le chien recommence à le lécher. Le jeune décide même d’enlever le prépuce et découvre le gland caché. Le chien se met à le lécher comme un affamé.

— Ah, man! C’est bon! Mmmm t’es un bon chien, toi! Lèches tout partout… Oui, comme ça…

Julien n’en revient pas. N’ayant jamais eu de sexe auparavant, il décide de fermer les yeux, de fantasmer sur la fille du poster pendant que le chien satisfait son besoin. Ça ne prend qu’une dizaine de secondes et l’ado se met à jouir de grands jets de sperme, ses premiers de la journée, que le chien lape sur le gland, puis sur le ventre.

— Bon chien!

Mais soudain, alors que l’excitation sexuelle du départ le quitte, Julien se sent mal: est-il malade d’être excité par ce que le chien a fait? Est-il ce qu’on appelle un zoophile? Perdu, il se lève et décide d’aller prendre sa douche mais, en ouvrant sa porte, il se rend compte que Steve et Karl sont de l’autre côté, en train de se branler mutuellement en regardant un film porno. Il apprend alors, les entendant parler, qu’ils ont régulièrement du sexe avec Jim, le gars de sa classe que tout le monde écoeure et traite de fif. Julien ressent à nouveau son sexe gonfler et ne peut s’empêcher de se rebranler, en se disant qu’il ne laissera plus le chien le lécher mais qu’il va utiliser quelqu’un d’autre: ce Jim, que Steve et Karl surnomme affectueusement CumSlut. Ceux-ci continuent de parler de leurs fantasmes, ne sachant pas que le jeune ado les écoute:

— On va le baiser comme des vrais mecs, dit Steve sur le bord de jouir. Toi dans la gorge et moi dans le cul!

— Ouais! Une vraie brochette, répond Karl en riant. Et il va avaler mon sperme à l’habitude, comme une pompe.

— Ouais! Fuck, c’est une vraie salope! Un jour, je vais le nourrir qu’avec du sperme!

— J’ai une idée! À l’école, dans les douches, y’a toujours des concours de branlette. Celui qui jouit le plus vite! Ben on fera jouir les gars dans une bouteille qu’on fera boire à Jim!

— Fuck, ça c’est hot! Et un jour, on dira aux gars à quoi ça sert vraiment et on invitera Jim dans les douches: il boira leur sperme directement en les suçant!

— Aaahhh! Moi, j’vais jouir!

— Moi aussi! Aaaahhh!

Et pendant que les mecs éclaboussent la main de leur ami qui les branle, Julien, dans sa chambre, jouit une seconde fois en cinq minutes. Dans sa tête, il se prépare un plan: faire du p’tit Jim son CumSlut à lui aussi! Il ouvre alors la porte, complètement nu, et fait sursauter les deux gars.

— Merde, Julien, t’es là!? s’écrit Karl tout rouge.

— Ouep! Mais dérangez-vous pas pour moi, je vais me doucher!

Il traverse la pièce, la queue encore à demi bandée, du sperme coulant, pendant que les deux autres sont dans le même état. Aucune gêne entre mecs, finalement!

Environ deux semaines plus tard, Julien a bien monté son plan…

Me voilà donc en train de me préparer à sortir de l’école, pensant à ma fin de semaine. Au menu: me faire baiser le soir même par Steve avant que mon père vienne me chercher pour aller chez lui et que celui-ci me baise rendu là, la nuit venue. Le lendemain et le dimanche, baises sans cesse avec mon père et son ami Pascal. L’habituel, quoi! Bref, secrètement en érection, et rêvant à ma fin de semaine, je sens soudainement une jambe venir se mettre entre les miennes, me faisant tomber lourdement par terre. Je n’ai pas le temps de regarder de qui il s’agit que je sens l’assaillant se mettre sur mon dos et me cacher la bouche pour ne pas que je crie. Un gars avec une haleine de cigarette, me parle:

— Si tu veux pas de trouble, tu me suis sans chialer…

Le jeune me relève et je le vois enfin de face: Julien, ce punk rebelle que je redoutais tant, mais qui m’excitait en même temps. Nous étions alors dans un couloir vide de l’école. Soumis, je le suis, et il m’emmène dans les douches du gym, là où le ménage a été fait et où personne n’entrera avant le lundi matin. Il nous y enferme les deux et me traîne sous une pomme de douche sans l’ouvrir. Il me met à genoux sur le plancher mouillé et dur où tout sent le savon et le parfum masculin des joueurs de football plus vieux de l’école.

— Déshabille-toi!

Je m’exécute pendant qu’il se caresse l’entrejambe par-dessus son jeans.

— L’autre fois j’ai surpris mon frère et Steve en train de parler de toi… Apparemment, tu es bien bonne! Je voulais t’essayer pis j’ai un deal à te faire.

— C’est quoi?

— Tu t’occupes de moi tant que je veux… pis si tu fais bien ta job, je vais m’occuper de ceux qui t’écoeurent…

— Tu vas leur faire quoi?

— Hummm… un peu de chantage… tu verras!

Maintenant complètement nu face au jeune punk, je le regarde dézipper son pantalon et en ressortir une belle grosse queue qui semble appétissante. Il l’approche de mon visage et se met à me claquer les joues avec sa hampe en me tenant la tête pour ne pas que je bouge. Des goûtes de précum font leurs marques sur mon nez et mes lèvres.

— Tu la veux ma queue?

— Oui!

— Humm une vraie salope…

Il m’ouvre la bouche puis entre sa queue. Je commence à la sucer, mais à ma surprise il la fait renfoncer très loin dans ma gorge. N’étant pas préparé, je panique. J’ai un haut-le-cœur et lorsqu’il l’enlève, je suis carrément malade. Julien, qui semble peu s’en préoccuper, ne dit rien, ouvre simplement l’eau de la douche qui nettoie le dégât. J’en profite également pour me rincer la bouche. Puis, il nous change de cabine, me remet à genoux pour foutre sa queue dans ma bouche à nouveau.

— On n’ira pas trop fort, me dit-il. Mais un jour, tu vas la prendre au complet comme une vraie pute.

Encore un peu secoué de ce qui vient de m’arriver, j’ai le cœur qui pompe à fond et des tremblements un peu partout dans le corps. Mais ce pénis dans ma bouche m’excite à fond. Ma langue et mes lèvres lui font du bien et je l’entends gémir pendant que je salive. Soudain, il se retire et je l’entends aller se chercher un condom dans la distributrice de l’école. Lorsque je le vois revenir, c’est avec un autre mec, un joueur de soccer.

— Je te jure que c’était pas voulu, me dit-il, mais il m’a surpris. Il a accepté de profiter un peu de toi aussi! Je lui ai dis que la seule condition était qu’il te respecte parce que tu allais t’occuper de lui…

— Je vais oublier ma serviette plus souvent, dit le joueur.

Ce dernier, Philip, est grand, musclé, les cheveux rasés et décidément très hétéros. Âgé de 17 ans, je ne l’ai jamais vu. Je comprends alors le chantage de Julien: il va me faire baiser avec tous ces mecs à condition qu’ils me respectent et ne m’écoeurent plus. S’ils brisent le «contrat», il sortira les preuves et eux seront à leur tour humilier… Brillant!

Philip s’approche de moi, la queue déjà bien grosse et sortie de son pantalon. Il la fout dans ma gueule pendant que Julien met la sienne, bien protégée d’un condom lubrifié, près de ma chatte, qu’il tente d’ouvrir doucement. Puisque je m’étais bien préparé avec un dildo le matin et le midi même, deux fois, il n’a pas trop de misère et son membre entre en moi au complet en quelques instants. Il se met alors à me baiser de long en large, secouant mon corps vers l’avant, enfonçant ainsi le pénis de Philip dans ma bouche.

Cette fois, tout se fait au vite: Philip se met à jouir dans ma bouche et, juste après, Julien jouit dans son condom, tous deux criants dans la salle remplie d’échos. Puis, pendant que je mange le sperme du joueur de soccer, Julien ressort sa capote et il la vide dans ma bouche en la tenant par le bout, laissant le tout couler. C’est alors que je ressens un jet chaud me venir dans le dos, me coulant jusque dans le creux des fesses puis le long des cuisses et des jambes. Je me retourne et un jet d’urine m’éclabousse le visage, puis les cheveux.

— On va bien finir de te marquer, ma petite salope, puis on aura terminé, me dit Julien qui me pisse dessus, maintenant suivit de Philip.

Bientôt tout trempé d’urine, les deux gars m’examinent pendant que je reste accroupi à terre, encore soumis. L’odeur est légère, pas trop forte.

— Mmmm… C’était bon, ça, nous dit Philip. Je dois y aller, mes amis m’attendent…

— Mais tu as bien compris le principe de notre entente?

— Ouais, t’inquiète mec… Tout va bien aller…

— Cool…

Le gars quitte la pièce avec sa serviette oubliée tandis que je me lave dans la douche, sous les yeux attentifs de Julien. Il me demande de lui raconter mes plans de baise pour la fin de semaine, ce qui l’excite un peu.

— Dommage que je ne puisse y participer… Mais, on se voit quand même lundi, non?!

Sur son visage, un sourire pervers vient illuminer ses yeux qui me violent du regard


Rencontres très sulfureuses, très très chaud !
 Mmm j’ai envie je mouille déjà …

VENEZ DECOUVRIR LE NOUVEAU SITE GAY  http://meet68.com
Par meet68 - Publié dans : HISTOIRES GAY
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

DIAL MEET68

DIAL MEET68 Dialogue en direct 100% Gay. Dial Sexe gratuit
Cliquer sur la photo pour entrer

 

XLOVE CAM / XLOVE GAY

FREE VIDEO CHAT HETERO
Cliquer sur la photo pour entrer

 

FREE VIDEO CHAT GAY
Cliquer sur la photo pour entrer


 

 

Catégories Histoires

LES MEGA BITES

DES BITES DE PLUS DE 20 CM

Calendrier

Novembre 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
<< < > >>

Recherche

ECRIVEZ MOI

Pour m’écrire
Ayant un blog histoires, vidéos et photos et sI vous voulez que vos histoires fantasmes, tofs, vidéos des trucs que vous avez faits ou que vous voulez faire soient  mises dans les blogs. Envoyez  le moi à meet68@meet68.com
Merci

erog

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus