Mercredi 1 avril 3 01 /04 /Avr 19:31

CumSlut (1): Déjà à 14 ans!

— Je n’ai jamais connu une seule personne qui aime autant les pénis et le sperme que toi!

Ivano, mon amant, s’exclame ainsi pendant que je suis en train de nettoyer son gland avec ma bouche des dernières traces possibles de sperme. Je le regarde et il me dit:

— C’est un compliment!

— Je sais, dis-je. C’est que tu me fais penser à quelqu’un en me disant ça.

— Ah oui? À qui?

— Un gars qui me baisait avant. Ça fait longtemps que je l’ai vu, quelques années en fait. Il était vraiment hot.

— Plus que moi?

— Non, toi t’es pire!

Ivano se met à rire, suivi de moi. Puis, il me demande de lui parler du gars en question.

— Quand j’avais 9 ans, ma mère a rencontré un homme un peu plus vieux qu’elle, un arabe catholique qui venait du Liban, très gentil. Il avait deux fils, dont l’un d’eux était Steve, le cadet. Il était arabe et québécois, ce qui lui donnait un bel air! Il avait presque trois ans de plus que moi, il était plus grand, les cheveux foncés et très courts. Il portait toujours des vêtements de rebelles, ce que j’aime.

— Hummm, il te faisait bander?

— Bien, quand j’avais entre 12 et 17 ans, oui!

— Et qui a fait les premiers pas?

— Bien, c’est plus compliqué que ça…

L’histoire commence peu avant l’entrée scolaire de 1999, alors que je viens d’avoir 14 ans et que mon père m’a déjà initié à la sexualité avec un de ses collègues de travail. Je montais un journal intime de tous ce que je pouvais vivre sexuellement. J’en avais commencé l’écriture dès mes 11 ans: à ce moment, je ne racontais que les fantasmes que j’avais depuis mes 10 ans.

Bref, un de mes fantasmes racontait des ébats imaginaires avec Steve, l’arabo-canadien en question. À ce moment, il était âgé de 16 ans, bientôt 17. Parfois, j’étais assez fou pour aller dans sa chambre alors qu’il était parti, et je mettais ses vêtements de la veille sur moi, vraiment tout: ses bas, son boxer, pantalon, t-shirt… Tout était trop grand pour moi mais je capotais, j’aimais sentir son odeur corporelle et son parfum. Parfois, je me branlais sur son lit avec ses vêtements et j’éjaculais dans mes mains avant de tout essuyer (ou d’avaler) et de remettre les trucs en place.

Un jour, j’ai oublié mon journal intime dans la salle de bain du sous-sol, après m’être branlé, car j’étais trop vite pressé de partir. Seul Steve et son grand frère utilisaient avec moi cette pièce, puisque nos chambres étaient dans le sous-sol et celles des autres membres de la famille au rez-de-chaussée. Ce soir-là, à mon retour, j’avais oublié à propos du journal et je suis allé directement dans ma chambre. Fatigué, j’ai éteint la lumière, me suis étendu sur le lit, habillé, sur le dos, et me suis rapidement endormi.

Je me réveille quelques temps plus tard, le cerveau très embrouillé. Sur moi, je sens un poids lourd, un corps qui bouge sur mon corps. Des mains caressent mes cheveux, mon torse ou mes fesses. Je sens des lèvres dans mon cou et une langue me lécher. Je ne vois rien du tout. Puis, la présence, sentant que je bouge légèrement et que je suis réveillé, se lève et ouvre la lumière, qui m’aveugle.

— Il était temps que tu te réveilles, dit Steve qui me fait découvrir son identité sans gêne.

Il prend dans ses mains mon journal intime et se caresse l’entrejambe où se trouve une belle bosse.

— J’ai lu quelques pages de ça, surtout celles me concernant… J’me doutais que t’étais fif mais je savais pas que t’étais une belle salope… Alors maintenant, tu t’occupes de moi!

Steve détache le devant de son pantalon, met sa main à l’intérieur et en fait ressortir son énorme pénis et ses testicules. Je vous le jure: jamais, à mes 14 ans, je n’avais vu un sexe aussi gros! Je vais bientôt avoir 23 ans et je vous assure, une seule autre l’a battu, qui devait faire 11 pouces max! Ne vous inquiétez pas, je vous raconterai l’expérience… Mais là, celle-ci mesurait dix pouces en pleine érection, quelque peu supérieure à celle de mon père. En dessous, pendaient les couilles: c’étaient comme deux gros œufs dans un sac de peau poilu. Sur le moment, j’ai été tout aussi émerveillé que franchement apeuré!

— Touche-là, m’ordonne-t-il.

Je m’active et entoure le membre de mes deux mains. Si je réussis à faire le tour de la hampe, c’est simplement parce que j’ai de longs doigts sinon je n’aurais pas pu. C’est très chaud, dur, et je sens le sang circuler dans les veines sous la peau douce. Je caresse le tout de long en large et je commence une douce masturbation qui fait bouger son prépuce sur le gland, sans le décalotter au complet. Puis, sans attendre, il enlève mes mains de sur lui et les remplace par les siennes, qui dirigent le tout vers mon visage. Le bout touche mes lèvres, qui se font caresser par le prépuce tendre. Une goûte de précum vient alors couler.

— Hummm, lèche…

Je sors la langue et goûte pour la première fois à son jus délicieux, puis je joue avec le bout du prépuce un moment, essayant d’entrer ma langue dans le trou, entre la peau et le gland. Sans attendre, il pousse le gros morceau de viande dans ma jeune bouche d’adolescent, qui a droit à sa troisième queue à vie.

— Ah oui! C’est bon ça…

Le gros gland, encore calotté, remplit toute ma bouche d’une façon obscène, ce qui nous excite tous les deux, mais je ne fais rien avec sauf que le laisser en place. Mon propre pénis se réveille sous les couvertures et je ne peux m’empêcher de commencer à me branler. Steve regarde ce portrait inhabituel: mon visage pâle et doux aux allures d’un ange, les yeux fatigués mais grands ouverts le regardant, bleus et innocents, avec le pénis d’un beau mâle entre mes deux lèvres pulpeuses et rouges, étirées autour du morceau. Le gland, lui, gonfle mes joues, qui sont normalement plus minces. Le jeune homme me sourit d’une façon perverse que je ne lui reconnais pas et commence une masturbation sur son membre sans bouger le gland dans ma bouche.

— Vas-y, mon p’tit Jim… suce ce gros biberon de chair et avale mon lait à demi fraternel…

Il se met à glousser d’excitation. L’image m’excite d’avantage et je commence une succion avec ma bouche sur son gland recouvert du prépuce. Son précum me glisse sur la langue de par son urètre et je l’avale en continuant de faire mon possible.

— Oui, comme ça mon p’tit…

Pendant que je continue, il retire la peau et je peux goûter maintenant à son gland entier. De sa main libre, il caresse la bosse sur mes joues, puis mon front et mes cheveux. Son autre main, elle, continue de s’activer sur la hampe pour la masturbation, ce qui emmène à faire sortir encore plus de précum, que j’avale au fur et à mesure pendant qu’il a les yeux fermées, perdu dans son plaisir. Soudain, Steve se met à gémir plus fort et il pousse d’avantage sa queue dans ma bouche, entrant juste un peu plus que le gland. Pendant que je me branle et que je commence à jouir de mon bord, son pénis se met à cracher une rivière de sperme dans ma gorge.

— Aaaahhh avale ça! C’est bon!

Étant couché sur le dos, j’ai de la misère à bien avaler et du sperme coule du bord de mes lèvres sur les joues, allant jusque dans mes cheveux et sur l’oreiller. Après quelques secondes de jouissance, Steve retire son pénis de ma bouche et, avec ses doigts, recueille le sperme perdu sur mon visage et les remets dans ma bouche.

— Suce bien mes doigts… Ouais, comme ça…

Lorsqu’il en a fini avec moi, il se rhabille comme il faut et me regarde le visage tout souillé de traces de son sperme.

— Mmmm une vraie petite pute… Tu vas me sucer quand je voudrai, hein?

— Oui.

— Quand je veux, où je veux?

— Oui.

— Parfait… petite salope… Tu aimes mon sperme?

— Moyen, mais j’aime ça avaler le sperme…

— Mmmm oui, bon garçon…

Il me regarde une dernière fois et quitte ma chambre en silence sans se retourner… jusqu’à ce qu’il referme la porte derrière lui. Là, il me dit:

— Si tu refuses une seule fois de faire ce que je te demande, sans aucune exception, je vais raconter à ta mère. Sois en sûr qu’elle sera capable de t’envoyer dans un centre où tu ne pourras plus t’amuser comme ça… Moi ça me dérange pas, je peux me trouver une fille en un claquement de doigt alors c’est pas comme si ça me manquerait d’avoir un pédé comme trou!

Puis il quitte, tout aussi froidement. Même si son attitude me fait peur, car il était toujours gentil avec moi avant, il m’excite…
Une semaine plus tard, alors que je suis couché dans mon lit en train de me branler et de me pénétrer un dildo de sept pouces bien lubrifié que mon père m’a donné, quelqu’un ouvre la porte de ma chambre sans cogner, ce qui me fait sursauter. Quand je vois Steve, je suis un peu plus soulagé, sachant pourquoi il vient dans ma chambre. Puis, je vois quelqu’un d’autre derrière lui: son ami Karl. Âgé de 16 ans, cet ados est plus petit et un peu plus bâtit que Steve, mais quand même plus grand que moi d’un pouce ou deux. Il est du genre sportif, à se traîner dans les gyms à l’école tous les jours. Il a les cheveux un peu longs, de la barbe rasée en formes étranges mais cool, ce qui fait capoter les jeunes filles, et il a un tatou sur chaque bras, plus des piercings sur une oreille, dans le nez et sur la lèvre inférieure. J’ai toujours trouvé son style «rebelle sportif» excitant, mais j’avoue n’avoir jamais vraiment fantasmé sur ce mec auparavant. Il a aussi un frère dans une de mes classes, que je trouve cute aussi, nommé Julien, un peu punk.

Enfin, bref… Voilà ces deux gars qui entrent dans ma chambre alors que je cache ma nudité sous la couverture. Steve se jette sur mon lit à mes côtés et enlève le drap pour me dévoiler à son ami qui me regarde, légèrement paralysé. Dans mon derrière, le dildo est gros à comparer de mon corps et le faux pénis est en fait presque plus gros que mes poignets. Soudain, Steve prend le bout du jouet dans sa main et commence à le faire aller et venir en moi avec force, me faisant couiner comme une pute. Si j’ose me toucher, je serais facilement sur le bord de venir.

— Regarde-le, Karl… C’est un p’tit pédé, un vrai cochon… Tu l’as pas encore vu sucer ma queue comme si sa vie en dépendait! Il avale le sperme comme si c’était tout ce qu’il lui était autorisé de manger… Même une fille ne m’a jamais fait jouir comme lui… Et c’est pas parce que je suis gay, car je le suis pas, c’est à cause de lui: il aime trop ça… C’est pour ça que je voulais me le faire avec toi à soir.

— J’en sais rien, dit Karl, mal à l’aise… J’ai une blonde pis… lui c’est quand même un gars, je suis pas fif…

— Tu vois ben que j’suis pas fif! Pis ta blonde le saura jamais… De toute façon, c’est pas comme si tu la trompais avec une autre fille… Enfin, regarde et si ça te donne envie, joins-toi…

Steve, tout en continuant de faire jouer le dildo en moi, se dézippe le pantalon puis fourre sa queue bien bandée dans ma bouche. Encore une fois, pas mal juste le gland, et un peu du reste, entre car c’est trop gros et trop long. Mais je m’en fous, ça me plaît et je le suce avec plaisir. Je branle sa hampe avec mes deux mains puis, je m’amuse à toute la lécher de ma langue baveuse.

— Regarde-le, Karl, comme il aime ça… Il aime boire mon lait, ce petit… Mais cette fois, il ne l’avalera pas!

Pendant que je me remets à le sucer, il sort de sa poche un condom.

— Tu vas l’enculer?! s’eclame Karl

— Ouais… il a le cul déjà bien préparé, pourquoi pas en profiter! Mais moi j’suis pas du genre à mettre ma queue dans un trou à merde alors j’me protège, simple question sanitaire… Jim, mets-moi ça.

Il me tend le condom déjà ouvert que je prends et pose sur le gland de Steve après une dernière léchée de précum. Je le déroule tout en entier, très long, jusqu’à la base. Sans attendre, il se dirige devant moi, alors que je suis encore couché sur le dos. Entre mes jambes, il les écarte et, de ses deux mains, empoignes le dildo dans mon trou pour le retirer sans ménagement. Il le pose à terre puis dirige son propre pénis vers ma chatte toute ouverte pour lui. Il place le gland sur le devant et entre sans patienter. Rendu à une certaine longueur, il lui est plus difficile d’entrer car elle est plus grosse que mon dildo, alors il pousse un peu, se retire, pousse à nouveau, jusqu’à ce que je la prenne toute en moi et que ses couilles touchent à mes fesses. Il se met alors à aller et venir en moi, bougeant son bassin sensuellement.

— Ah, c’est bon! Ton cul m’avale bien comme il faut!

De mon côté, je ressens une petite douleur mais je sais qu’elle partira avec le temps. Ainsi couché sur un coussin, mes jambes sur ses cuisses pendant qu’il me baise, je me sens très bien. Steve me regarde parfois les yeux, mais le plus souvent il regarde mon torse ou bien sa queue qui entre dans mon trou avec un bruit de succion excitant. Ou encore ses yeux sont fermés. Lorsqu’un moment il me regarde, je mets ma main sur son cou et je m’approche de son visage pour l’embrasser mais, brusquement, il enlève ma main et pose la sienne sur ma bouche:

— J’embrasse pas!

Puis, toujours sa main sur ma bouche, il se retourne pour regarder Karl, que j’avais presque oublier.

— Viens ici lui mettre ta bite dans sa gueule, comme ça il aura pas envie de m’embrasser.

Presque comme soumis, Karl arrive, se place sur le lit, à ma droite, encore mal à l’aise. Doucement, il détache son pantalon et sort sa queue de six pouces, aussi avec un prépuce. Steve me prend dans ses bras et, avec l’aide de son sexe en moi, me remonte vers le haut afin d’être à la hauteur de l’entrejambe de Karl. Steve ôte sa main de sur ma bouche et celle-ci est vite remplacée par le pénis de son ami, que je me mets à lécher et à sucer.

— C’est la première fois… commence-t-il.

— De quoi?

— C’est la première fois que j’me fais sucer.

— Alors il était temps… Allez Jim, pompe-le bien!

Il n’a pas à me le demander! J’adore avoir une queue dans la bouche, sentir la peau et le gland contre ma langue, le goût du précum… Il n’y a rien qui m’excite le plus au monde. Pour moi, c’est comme les montagnes russes! Puceau, Karl obtient son orgasme rapidement.

— Ah fuck! J’vais jouir!

Dans des coups de reins qui poussent son sexe dans ma bouche, une rivière de sperme m’envahit et j’avale le tout. Alors que je termine de lécher son gland très sensible, Steve se met à m’enculer de façon plus inégalée, signe de jouissance à venir.

— Mmmm c’est trop bon… Tu veux mon sperme?

— Oui!

— Tu la veux dans ta gueule, hein?

Mais sans même attendre ma réponse, il se retire de ma chatte et embarque sur mon torse pour venir m’apporter son gland au bord de mes lèvres. Un premier jet de sperme a d’abord jailli et frappé mon nez et ma joue, puis j’ai ouvert la bouche pour tout recevoir le reste. Au début, il se masturbait pour éjaculer, mais a fini par remettre son gland au chaud dans ma bouche pour finir de sucer en avalant.

— Ostie que t’es trop bon, Jim! Mmmm, finis de me lécher lentement…

Pendant que j’obéis, Steve ferme les yeux et s’étire le haut du corps puis se caresse le torse légèrement en sueur. Puis, il regarde Karl:

— Tu vois? C’est une petite salope, ce Jim… Maintenant, quand tu veux jouir et que t’as pas de blonde… ou même si t’en as, on s’en fiche… ben tu viens ici et il s’occupe de toi… C’est notre petite cumslut à nous! Putain, déjà à 14 ans!

— Ouais, t’inquiètes, je vais en profiter!

Les deux gars se rhabillent et, avant de sortir, Steve me jette le condom usagé sur le torse:

— Tiens, un souvenir!

Puis, ils ferment la porte derrière eux et vont jouer à leurs jeux vidéo, me laissant presque sur mon appétit, seul dans mon lit et n’ayant pas encore joui, ce que je ne tarde pas à faire. Je me surprends alors à avoir cette pensée: «Ah, les gars!»

À suivre…

 


Rencontres très sulfureuses, très très chaud !
 Mmm j’ai envie je mouille déjà …

VENEZ DECOUVRIR LE NOUVEAU SITE GAY  http://meet68.com
Par meet68 - Publié dans : HISTOIRES GAY
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

DIAL MEET68

DIAL MEET68 Dialogue en direct 100% Gay. Dial Sexe gratuit
Cliquer sur la photo pour entrer

 

XLOVE CAM / XLOVE GAY

FREE VIDEO CHAT HETERO
Cliquer sur la photo pour entrer

 

FREE VIDEO CHAT GAY
Cliquer sur la photo pour entrer


 

 

Catégories Histoires

LES MEGA BITES

DES BITES DE PLUS DE 20 CM

Calendrier

Novembre 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
<< < > >>

Recherche

ECRIVEZ MOI

Pour m’écrire
Ayant un blog histoires, vidéos et photos et sI vous voulez que vos histoires fantasmes, tofs, vidéos des trucs que vous avez faits ou que vous voulez faire soient  mises dans les blogs. Envoyez  le moi à meet68@meet68.com
Merci

erog

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus